Sélectionner une page

Les Finances

La politique fiscale de la ville est désespérante: il faut savoir qu’Angers est la 2nde ville de France métropolitaine par l’ampleur des taxes foncières: 847€ derrière Grenoble 874€ (Capital du 25/9/20219)

Angers figure parmi les 8 villes françaises où les impôts fonciers ont le plus augmenté ces dernières années, en raison, sans doute,  de la construction des lignes de tramway, mais aussi à cause de dépenses somptuaires et de remboursement de dettes élevées.

L’effort fiscal est de 1,53 (la moyenne nationale étant de 1,20), 9 éme taux le plus élevé sur 29 villes de plus de 100 000 habitants (Capital du 2/03/2020)

32,98% des taxes foncières reviennent à la ville, et la TEOM est en forte augmentation. La taxe d’habitation, dont une partie est au bénéfice des municipalités, va être supprimée à partir de 2020 pour les foyers les plus modestes, sa valeur serait redonnée « au centime près » par les départements aux municipalités!.

Un audit financier de la ville et du personnel municipal sera pratiqué en priorité, si nous sommes vainqueurs de ces élections

La modération des impôts locaux est une nécessité, nous ne sommes plus lors des 30 glorieuses où le PIB et les salaires augmentaient de façon tangible !  La crise des GJ a montré que la France ne possédait pas que des classes riches et Angers a près de 20 % de sa population vivant sous le seuil de pauvreté (947 € / mois)! L’effet de la crise dû au coronavirus ne peut être que délétère pour notre économie

Il faut que l’on s’adapte à des périodes de restriction budgétaire. Sous la mandature de monsieur Béchu, la dette de la ville est passée de 84 à 154 M €, beau bilan ! Comment rembourser cette dette et la financer? Il faut penser à l’Avenir et non se focaliser sur Angers, nous ne sommes pas une petite principauté isolée comme il en existait en Italie ou en Allemagne dans le passé ! Beaucoup de décisions sont nationales, décidées par le gouvernement d’E.Macron et vont avoir un impact sur le pouvoir d’achat de nos concitoyens : baisse des retraites, des pensions de reversion, charges sur les aides à domicile aux personnes âgées, baisse des APL, nécessité de capitaliser en vue de retraites trop faibles, hausse des prix des carburants, gaz et électricité etc…, le monde change, préparons nous-y !

De plus, une émigration des jeunes diplômés est à prendre en compte: en 2017, 80 000 personnes ont émigré !  (28/29 enfants d’amis et famille sont partis d’Angers, Paris, grandes villes aussi Suisse, USA et NZ!) . La suppression de la taxe d’habitation, même si elle est compensée par les départements, ne pourra que produire une augmentation de la taxe foncière. Celle-ci a augmenté de 34,7% en France en 10 ans et 36,6 % à Angers, alors que les salaires et le coût de la vie ont augmenté de 9% et les loyers de 14%, la valeur locative cadastrale a augmenté de 2,2% en 2019 ! (Capital 15/10/2019).

La modération des impôts ne pourra se faire que par la renégociation de contrats, dont ceux de l’énergie et de la téléphonie, l’isolation thermique et une bonne gestion des bâtiments, (en vendre ou en démolir certains pour céder les terrains)..