Sélectionner une page

Le commerce local

Comme dans beaucoup de villes, celui-ci est à la peine face à la concurrence des grandes surfaces et du commerce en ligne.

Le centre-ville ne doit pas mourir par désertification des commerces, il faut le redynamiser par une politique fiscale raisonnable, le vivifier par des baisses d’impôts locaux, surtout pour les commerces liés à l’art et à l’artisanat !(libraires, luthiers, matériel d’art…..)

Des bâtiments du centre-ville doivent être restaurés grâce à une incitation fiscales pour les propriétaires.

Faciliter le stationnement en centre-ville par des tarifs plus attractifs.

Créer un autre marché de producteurs locaux dans la ville, un autre soir que le vendredi, le mercredi à Grégoire Bordillon, les commerçants interrogés sont tous d’accord!

La vie économique

Il y a encore beaucoup à faire, la ville est présentée comme très attractive mais les comparaisons avec d’autres villes sont en notre défaveur: sur 30 grandes villes de France, nous sommes classés 12ème, si l’on prend en compte l’emploi et le cadre de vie. Si l’on considère uniquement la croissance des emplois de cadres entre 2013 et 2019, nous sommes au 15ème rang!(+8,7%) (Capital du 17/01/2020)

Il faut une valorisation des « jeunes pousses » et des µ-entreprises, en collaboration avec les grandes écoles d’Angers et des aides plus importantes. Porter ses efforts sur l’intelligence artificielle, les objets connectés, les imprimantes 3D, les supercalculateurs et le végétal

Par suite d’un manque de terrains vacants, les problèmes de développement économique dépendent plus de la Communauté de communes. Les friches industrielles de la SNCF et le site de Technicolor (après dépollution, voir les devis! > 5M€ selon les journaux du 15/01/2020!) pourraient être exploités.