Sélectionner une page

L’Enseignement supérieur et le logement des étudiants

La qualité de ses facultés amène Angers à se situer dans les 1000 premières facultés mondiales sur 27 000 ! (OF 23/09/19)

+ de 40 000 étudiants, il y en avait 30 000 il y a 10 ans !

Déjà des milliers d’étudiants, venant de toute la France et de l’étranger, sont séduits par le haut niveau et le sérieux de l’enseignement proposé ainsi que par le cadre de vie.

L’urbanisme et la politique de la Ville

La Taxe foncière a augmenté de 34,7% en France en 10 ans et de 36,6 % à Angers  alors que les salaires et le coût de la vie ont augmenté de 9% et les loyers de 14%, la valeur locative cadastrale a augmenté de 2,2% en 2019 ! (Capital 15/10/2019)

L’urbanisme

La rénovation urbaine devra être faite rationnellement et non pour des raisons électorales.

Les espaces encore sauvages le resteront, comme poumon vert de la ville. La construction immobilière ne pourra se faire que par la construction en hauteur de petits immeubles, en proche périphérie sur des espaces ayant déjà été construits, afin d’éviter un bétonnage de notre pays (la valeur d’un département français est bétonné tous les 10 ans!)

L’aménagement urbain

      Pour lutter contre le réchauffement climatique, l’arbre étant le meilleur climatiseur, des squares et des forêts urbaines seront créés dans des quartiers périphériques. Certaines places trop minérales seront végétalisées pour baiiser la température en été et pour éviter les ruisselements des pluies !

Le centre-ville

Celui-ci ne doit pas mourir par désertification des commerces, il faut le redynamiser grâce à une politique fiscale raisonnable, aussi bien pour les résidents que pour le logement locatif et/ou étudiant et en rénovant certaines habitations, pour en faire des logements destinés aux personnes à faibles revenus.

La gestion immobilière

   Les impôts locaux doivent être maîtrisés: leur taux peut aller jusqu’à 3 mois de loyer rendant la gestion locative peu rentable, d’où un désintérêt des investisseurs et donc une crise du logement dans les années à venir, à moins que les municipalités et l’Etat n’aident (à condition d’avoir des fonds pour cela) (UNPI49 OF du 18/10/2019)

Au niveau des étudiants:

Certains atouts d’Angers sont à mettre en avant et à utiliser : le développement des universités et de la recherche, la proximité de Paris, le bon niveau et le sérieux des universités ainsi qu’une relative sécurité et le cadre de vie séduisent des milliers d’étudiants, venant de Paris et d’ailleurs.

Les étudiants disposent, en moyenne, de 750-800 € de budget par mois et veulent consacrer 300 à 450 €/mois pour le logement. En moyenne,  les loyers en centre-ville vont de 400 à 500 €/mois, avec un loyer de 8 €/m2/mois en périphérie contre 11 €/m2/mois en centre-ville. Les solutions : un travail d’appoint, se loger dans des villes adjacentes (à condition d’être motorisés) ou la colocation : un T3 à 700€/mois ou une maison à 800 €/mois

La ville peut aussi construire des résidences étudiantes, tant publiques que privées . La forte demande pourra faire en sorte qu’Angers soit classée un jour en « zone tendue » avec une réglementation des loyers !

Au niveau des salariés et des retraités

Il faut se féliciter de la vigueur de l’immobilier angevin, due à une forte demande, cependant cela risque de créer une ville avec une population aisée et vieillissante, relayant les plus fragiles dans les quartiers périphériques ou dans des communes excentrées.

Il y a déjà de nombreux habitants de Paris et de sa couronne qui choisissent de vivre à Angers, afin  d’avoir une vie plus agréable ou, au moment de leur retraite, en raison des avantages fournis par notre ville. Ce mouvement devra se poursuivre et être encouragé par des publicités directes ou plus discrètes auprès des médias. Cependant, s’il y a une forte demande et si les prix augmentent, on retrouve à peine les prix au m2 de 2011 et cela est dû en partie aux taux d’intérêt bas des emprunts! (CO du 19/12/19). L’attrait pour l’immobilier à Angers sera-t-il pérenne, à cause du prix élevé de l’Immobilier à Paris ou est il un simple effet d’aubaine, en raison des taux bas d’emprûnts, se tarissant avec le temps?

Malgré des prix de l’immobilier relativement attractifs, la faible création d’emplois et des salaires modestes, Angers ne se situe plus dans les 10 villes de France les plus attractives (Meilleur taux et Planet.fr du 4/11/19). 13ème et Orléans 2nde!

Cette politique immobilière ne peut être menée à bien que si les impôts locaux restent à une valeur constante ou baissent et si la Sécurité publique est assurée.